FB Pixel

Nous n'avons pas pu localiser votre position actuelle. Assurez-vous que les services de localisation sont activés ou essayez de rafraîchir cette page.

Recherches Rapides

Aperçu de la Poutine Week 2020

Chaque année, depuis 8 ans, RestoQuébec incite des dizaines de milliers de « foodies » à déguster des poutines un peu partout au Canada grâce à la Poutine Week. À Québec, un mois s'est écoulé depuis cette semaine spéciale. Les restaurateurs nous ont donc partagé les retombées qui ont suivi cet évènement très populaire.

La semaine de la poutine commence bien avant que le premier client ne franchisse les portes pour les restaurateurs. Que ce soit l'idéation, la création, en passant par le processus d'approvisionnement des aliments à l'établissement, c'est un long procédé qui est entamé par les chefs avant même que vous n'ayez mangé votre première bouchée.

Chaque année, les restaurateurs commencent à réfléchir à leur création vers le mois d'octobre. Les chefs et propriétaires se consultent dans le but de créer la meilleure poutine tout en essayant de garder leur propre style de cuisine.

Il faut aussi savoir que tout au long de l'année, les chefs font constamment de la recherche et développement pour améliorer ou créer de nouveaux plats au menu. Vous l'aurez deviné, ils gardent toujours la Poutine Week en tête.

Vers le mois de décembre, le processus de création est généralement terminé. Il faut maintenant prévoir les commandes. Tout en se basant sur les années précédentes et aussi sur l'affluence générale durant l'année, les chefs s'approvisionnent du stock nécessaire. Ils commencent aussi, déjà, leur production en vue de la semaine thématique.

On le sait, manquer d'aliments pendant cette semaine, reviendraient à perdre des clients, c'est donc une étape primordiale.

Au milieu de la semaine de la poutine, les chefs refont des commandes et continuent la production en se basant sur les premiers jours.

L'an passé, le restaurant Victor a créé une véritable pénurie de gnocchis au Québec à cause de sa fameuse poutine Gnocckids on the block. Cette oeuvre avait été tellement populaire auprès de la clientèle qu'il était impossible de trouver un fournisseur.


Il faut aussi prévoir suffisamment d'employés pour cette semaine thématique. La réputation du restaurant est primordiale puisque plusieurs clients visiteront l'endroit pour la première fois. Si l'on espère que les clients reviennent après la Poutine Week, on doit s'assurer qu'ils reçoivent un service rapide et exemplaire. Nicolas Lavigne du restaurant Côtes-à-Côtes avoue d'ailleurs que c'est un travail de « séduction » qui s'effectue durant cette semaine. Il faut plaire au plus de clients possible afin de les revoir dans notre établissement.


Normalement, les semaines avant le carnaval sont des moments tranquilles pour les restaurateurs. Peu de gens viennent dans leur établissement. La Poutine Week créer donc un engouement à un moment très opportun pour eux. Les clients qui viennent manger de la poutine représentent plus de 90% de leur clientèle pendant la première semaine de février.

Bien que ce soit dur à déterminer, certains restaurateurs avouent revoir des clients qu'ils n'avaient jamais vus avant la Poutine Week se présenter à la suite de l'évènement. Comme quoi ces personnes ont été « séduites » par la place et le service pendant cette semaine spéciale.

Lorsqu'on sait que ces créations originales vous sont offertes pour seulement 12$, il faut savoir que les propriétaires ne font pas énormément d'argent avec ces repas. Qui plus est, lorsque quatre personnes se séparent une poutine, c'est encore moins avantageux pour le restaurateur. Toutefois, si vous voulez les encourager lors de la prochaine édition, prenez une entrée, un dessert ou même une consommation. D'ailleurs, il y a souvent des accords spéciaux alcool/poutine proposés par les chefs, essayez-les! 


Évidemment, grâce à l'affluence rencontrée pendant cette semaine, il y a certaines retombées économiques qui suivront pour les restaurants, surtout si vous avez été satisfait du service et de ce que vous avez reçu dans votre assiette. D'ailleurs, M. Lavigne admet qu'il préfère, de loin, participer à cet évènement et investir quelques dollars pour ses créations que de placer une publicité dans un média. Le taux de rétention sera supérieur.

À la fin de la Poutine Week, en plus des retombées en visibilité pour les restaurateurs, il faut mentionner l'argent amassé pour la Fondation Rêves d'enfants. L'an dernier c'est plus de 74 000$ qui ont été remis grâce à l'évènement. Cette année, ce record est en bonne voie d'être battu!

Sachez que c'est 1$ par poutine vendue qui est remis à la fondation Rêve d'enfant. 

1960 vues

Commentaires

Plus d'articles...

ON TE RECOMMANDE

TROUVER