FB Pixel Izaka-quoi? Izakaya! / Tavernes japonaises à Québec | RestoQuebec

Nous n'avons pas pu localiser votre position actuelle. Assurez-vous que les services de localisation sont activés ou essayez de rafraîchir cette page.

Recherches rapides

Abonnez-vous à notre infolettre
Izaka-quoi? Izakaya! / Tavernes japonaises à Québec

2 Restaurants mentionnés

Bien placé sur une planche de Scrabble, voilà un mot qui vaut son pesant d’or! Son spectaculaire assortiment de consonnes ne ment pas : il ne provient tout simplement pas de la langue française. L’izakaya (居酒屋), c’est un peu l’équivalent japonais de la buvette lyonnaise, du bar à tapas espagnol ou du pub anglais. Selon l’ami Wiki, il y en aurait plus de 20 000 au Japon.

Contrairement aux bars occidentaux qui ne servent que des boissons, l’izakaya japonais propose un menu plus ou moins sophistiqué pour accompagner la consommation d’alcool.

La formule, encore relativement inconnue à Québec il y a quelques années, a connu un boom soudain avec l’ouverture de deux restaurants de type « izakaya » sur St-Joseph. Ces deux adressent s’ajoutent au populaire Tora-ya, le restaurant spécialisé dans les ramens et les « tsunami », de petits tapas japonais tels les tako yaki (beignets farcis à la pieuvre) et les tsukemono (marinades de légumes.)

Comment se fait-il que ce dernier n’ait jamais été clairement lié à la culture des izakayas malgré son alléchante offre de sakés et autres boissons japonaises? Peut-être parce que la vocation première de l’établissement demeure la consommation alimentaire plutôt que celle d’alcool. Mais il s’agit aussi d’un choix de mise en marché, avec le potentiel et les défis que cela représente.

Honō Izakaya : la flamme nippone

Ouverte en février 2018, la taverne Honō se spécialise dans les yakitori (焼き鳥, yakitori, littéralement « oiseau grillé »), ces délicieuses petites brochettes japonaises cuites sur le grill. C’est d’ailleurs cet aspect qui a inspiré le nom de l’établissement, puisque honō (炎)signifie « flamme » en japonais. Son offre dépasse cependant largement sa sélection de brochettes… Les clients viennent et reviennent pour son design épuré et son atmosphère intimiste de jour mais ultra-festive en soirée, grâce à sa sélection de boissons alcoolisées navigant entre cocktails signés Julien Vézina, bières et saké…

Mais c’est aussi un peu, beaucoup pour s’offrir un bain de culture culinaire japonaise qu’il faut tenter l’expérience. Bien au-delà du classique tempura de légumes et crevettes, de belles découvertes proposées par Chef Louis-Philippe Moisan attendent les esprits aventureux. Les beignets de maïs, le tofu frit dashi, et surtout, les exotiques okonomiyaki – un genre d’omelette touski croustillante – dépaysent à souhait les papilles.

hono

 

Torii Izakaya : saveurs funky

En juillet dernier, un nouvel izakaya a ouvert ses portes. Dans une ambiance diamétralement opposée avec ses murs charbon et son aménagement plus cozy, l’offre alimentaire du Torii ne pourrait s’écarter davantage de celle de son compétiteur… ou de la pure tradition japonaise.

Aux fourneaux, on retrouve l’archi-talentueuse Chef Alexanne Grenier, la dynamo derrière les menus des Bols et Poké et le restaurant Nakamura sushi. Ce dernier a d’ailleurs fermé ses portes afin qu’elle puisse se consacrer à son nouveau projet, qui fait une belle place à ses intérêts culinaires actuels,  comme l’approvisionnement local et le #zerogaspillage.

Si son offre comprend buns et dumplings, Alexanne se tient bien loin de toute prétention d’authenticité. « J’amène à mes plats une touche japonaise. En même temps, je ne veux pas m’approprier une culture, je ne suis pas allée au Japon. »

Cela ne l’a cependant pas empêchée de voyager beaucoup et de s’inspirer partout. « Je trouve ce que Biiru Izakaya (Montréal) fait très intéressant, ils sont éclectiques. Je me suis inspirée de leur Caesar sarada pour la salade César japonaise dans mon menu. »

Qu’on s’y rende d’abord pour boire ou surtout pour manger, l’izakaya se prête aux retrouvailles entre amis et au plaisir partagé. Le plus sympa dans tout ça? La formule permet d’éviter d’écoper d’une facture salée en fin soirée. Tendance ou pas, parions que l’intérêt n’est pas prêt de s’essouffler!

torii

torii2

L'article a été lu 2883 fois

Plus d'articles...

@ Le Projet, spécialité microbrasseries

lire plus

@ Le Sacrement

lire plus

@ Bar Le Sacrilège

lire plus

ON TE RECOMMANDE